Article(s) du dossier :

Médiathèque, reconversion de l’ancien presbytère, La Mailleraye-sur-Seine, ATELIER XV (Alain Eoche-Duval et Xavier Tiret) architectes et Guénolé Le Moaligou paysagiste, 2015

Le quartier de l’église, 24 maisons individuelles et 6 logements collectifs, La Mailleraye-sur-Seine, ATELIER XV (Alain Eoche-Duval et Xavier Tiret) architectes et Guénolé Le Moaligou paysagiste, 2015

L’Atelier, centre culturel, Gournay-en-Bray, Vincent Parreira (A.A.V.P.), 2013

Siège du CAUE, reconversion d’une maison bourgeoise en bureaux, PETIT-QUEVILLY

Eco-hameau des charmilles, Sainneville-sur-Seine

Le Clos des fées, extension urbaine, Paluel

Salles municipales, square Marcel-Paul, le Petit-Quevilly

Mairie, extension-reconversion de logements, Roncherolles-sur-le-Vivier

Grange Debruyne, reconversion en logements, classes et hallette de marché, Roncherolles-sur-le-Vivier

Musée de l’Horlogerie, Saint-Nicolas-d’Aliermont

Reconversion d’une gare en bibliothèque, Val-de-Saâne

Académie Bach, équipement culturel, Arques-la-Bataille

Résidence Robert Faucon, 66 logements sociaux, Canteleu

Manufacture Gasse et Canthelou, 81 logements, Elbeuf-sur-Seine

Friche Frasaco, 64 logements sociaux, Elbeuf-sur-Seine

Quartier Delahaye, Yerville

Groupe scolaire Prévost-Freinet, Villers-Ecalles

Résidence la Valette, 32 logements sociaux, Canteleu

Les Jardins suspendus, Le Havre

Les Granges du Château, Saint-Martin-aux-Arbres

Le Clos-Allard, parc urbain

La ZAC des Portes de la Forêt, Bois-Guillaume

Ecole maternelle de Saint-Georges-sur-Fontaine

Maison des Forêts, Saint-Etienne-du-Rouvray

Bibliothèque Boris Vian

Jardin fluvial, le Havre

La Maupassière, logement PLUS

Front de mer d’Yport

Quais de Seine, Oissel

Traverse d’Avremesnil

Coeur de bourg, Ambrumesnil

Centre-bourg et traverse de Roumare

Groupe scolaire de Rolleville

Parc de l’Orée du Rouvray

"Casino" de Bonsecours

Cirque-Théâtre d’Elbeuf

Crèche Terre des enfants

Logements rue des bons enfants

Espace Clara

Référentiel : sommaire

Accueil du site > Référentiel d’architecture et de paysage > Cap fagnet, promenade marine
Taille du texte [+] [-] - Imprimer cet articleImprimer cet article



Cap fagnet, promenade marine

Fiche Référentiel : espace public, Fécamp, Folius, 2006

Le Cap Fagnet, site naturel protégé de la côte d’Albâtre, offre des intérêts touristiques divers : patrimoine, faune, flore, vue splendide sur la mer ou simple bol d’air. L’aménagement confié par la ville aux paysagistes avait pour objectif de valoriser ce site exceptionnel en matérialisant des itinéraires piétons sécurisés et de préserver l’environnement en canalisant les visiteurs. Le parcours, s’appuyant sur les cheminements existants, trace des chemins en « dur » ou en herbe qui relient des belvédères.

Accès signé

Le point de départ des visites et randonnées est un parking créé sur une ancienne pâture. Les revêtements de sols et les matériaux ont été choisis au cas par cas, toujours sur une palette la plus brute et naturelle possible, respectueuse du site : surfaces mixtes (mélange pierre/terre et herbe) et chemins en sable stabilisé accompagnés d’un engazonnement fauché régulièrement. Des pontons de bois enjambent les noues récoltant les eaux de pluie. Le chemin menant du parking au cap emprunte le trottoir qui longe la route. En sable stabilisé, il s’accompagne de surfaces pavées de grès aux abords de la chapelle. Des bornes anti-stationnement en acier oxydé (Corten ©) règlent le stationnement anarchique et jalonnent le trajet. Sur ces « morceaux de fer rouillé » est gravé le « f » de Fagnet, signature du lieu.

Points de vue et chemin de fer

Du haut de la falaise, deux endroits en particulier offrent des points de vue singuliers sur la mer : le premier domine la ville, son port, sa plage et file sur les falaises en direction d’Etretat ; l’autre embrasse le déroulé des falaises vers Saint-Valéry-en-Caux. Deux belvédères y ont été construits. L’un des deux a été rendu accessible grâce à la mise en place d’un chemin très particulier. Pour ne pas détruire la pelouse naturelle et créer un chemin confortable, il fallait terrasser le moins possible. Ce chemin devait également respecter le site en se mariant aux graminées. Des plaques d’acier oxydé (Corten ©) de 1.5 m de largeur par 2 m de long ont été posées à même le sol et soudées sur place. Elles vont ainsi rouiller pour mieux épouser le site en imitant les coulures des fers à béton présents sur les anciens blockhaus alentour. C’est un chemin de fer qui se déroule ainsi comme un tapis rouge brun.

Evoquant les postes de vigie de navires, les belvédères circulaires sont posés sur le sol et construits en acier oxydé à l’instar du chemin de fer cité ci-dessus ; ils sont équipés de balustrades dont les barreaux se tordent comme s’ils avaient subi des tempêtes ou l’explosion d’une bombe.

Pour plus d’information, consultez la fiche Référentiel 76-08-015

PDF - 1.1 Mo

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Coordonnées et contacts | infos légales | copyright caue76