le 23-11-2017
http://www.caue76.org/spip.php?article201
Rénover les murs en torchis

L’usage du torchis, mélange de terre grasse, limoneuse et argileuse, et de fibres végétales, paille ou foin, est très ancien dans notre région. Il était traditionnellement utilisé en Normandie comme matériau de garnissage entre les colombages des maisons rurales ou des bâtiments agricoles. Cette méthode de construction a disparu à la fin du XIXème siècle entraînant dans sa chute le savoir-faire des professionnels du bâtiment. La redécouverte de ces techniques traditionnelles et de leurs avantages redonne vie au patrimoine rural et son caractère au paysage. En restauration, on peut reconnaître de nombreuses qualités au torchis en plus de son authenticité.

Autrefois, la matière première était gratuite ; on l’extrayait dans son propre terrain et le trou, laissé à l’air libre, se transformait en mare. Le torchis peut encore se préparer à l’ancienne (foulage aux pieds du mélange paille, terre et eau jusqu’à obtention de la bonne consistance) ou avec un malaxeur mécanique. A noter que du torchis prêt à l’emploi est maintenant disponible, économisant le temps de préparation et la difficulté du mélange (de même pour l’enduit sec, en sac). La mise en œuvre est assez facile.

JPG - 137.5 ko
Pose sur les gaulettes

Il est posé de mars à septembre, en évitant les fortes chaleurs ou le vent trop sec, à la main ou à la taloche sur un lattis de bois qui sert d’accroche. Il est recommandé de strier la surface et de laisser un centimètre d’épaisseur pour l’enduit qui sera posé au nu du bois, après séchage du torchis (au moins trois semaines).

JPG - 263 ko
Torchis avant pose enduit

Cet enduit, qui protège le torchis, composé de chaux aérienne et de terre (et parfois d’anas de lin) est perméable à la vapeur d’eau et permet un bon échange entre l’intérieur et l’extérieur, d’où une bonne "respiration" des murs. Cette respiration permet également une bonne conservation de l’ossature au contraire d’un mortier au ciment qui peut entraîner un pourrissement des bois. La tenue dans le temps du torchis est excellente si on a pris la précaution de le mettre à l’abri des eaux pluviales (débords de toiture, soubassement, etc.). On dit qu’une bonne maison en terre doit avoir une paire de bottes et un bon chapeau...

L’aspect du matériau terre reste inégalé par les enduits modernes qui n’approcheront que de loin sa couleur et sa texture ; et, enfin, c’est une matière noble et naturelle, bien adaptée aux bâtiments en ossature bois, et qui s’appuie sur un savoir-faire ancestral ...

ici, une vidéo du Parc naturel régional des boucles de Seine normande :

Sources :

· Franck LAHURE.- Fascicule technique sur la mise en œuvre du torchis.- Parc naturel régional de Brotonne

· Annie LESEIGNEUR, Françoise GUILLUY.- L’argile dans tous ses états.- Association pour la valorisation du patrimoine normand

· Dewulf Michel.- Le torchis mode d’emploi.- Eyrolles, 2007

· Revue Maisons Paysannes de France

Adresses utiles :

- torchis prêt à l’emploi : · Association des artisans du torchis, 27500 La Haye Aubrée, M. MESLIN tél. 02.32.56.82.38 · Briqueterie d’Allonnes, Beauvais tél. 03.44.02.06.82

JPG - 256.1 ko
torchis avant pose enduit détail

- savoir-faire : · Stages organisés régulièrement par l’Association "Maisons paysannes de France". Seine-Maritime : HAQUET Yvon au 02.35.56.49.45. · Stages également à la Ferme de Bray à Sommery tél. 02.35.90.57.27. · Stages à destination des artisans organisés par la CAPEB et CD-rom illustré et documenté vendu à prix modique sur le site de la CAPEB : http://www.capeb-haute-normandie.fr · Pour tous vos projets de rénovation, possibilités de conseils gratuits auprès des architectes du C.A.U.E. Sur rendez-vous, tél. 02.35.72.94.50