le 28-06-2017
http://www.caue76.org/spip.php?article50
Les bâtiments du clos-masure
La modernisation des modes d’exploitation agricole a transformé l’espace rural. Des clos masures perdent leur usage agricole. Des anciens bâtiments ne sont pas entretenus. De nouvelles constructions s’implantent. Pourtant, les bâtiments agricoles traditionnels présentent des propriétés architecturales et patrimoniales qui participent à la qualité du paysage du département.

D’un héritage architectural et patrimonial...

De forme quadrilatère, la cour-masure, entourée du talus planté d’arbres, avait une superficie variable proportionnelle à la taille de l’exploitation. L’espace était aménagé pour les activités d’élevage, d’agriculture et d’habitation.

JPG - 40.3 ko

La disposition des bâtiments (étable, écurie, porcherie, grange, poulailler, manège, four à pain,...) suivait un ordre logique et fonctionnel : parallèlement aux talus, la façade principale ouverte vers la cour et le chemin de service.

JPG - 55 ko

Outre leur usage, les constructions affirmaient également la différenciation sociale : le manoir ou la « maison de maître » à étage de l’exploitant se distinguait de la chaumière du fermier.

... vers une mutation indispensable

Maison de maître et maison de fermier

La maison de maître occupe une place centrale. Construite en matériaux nobles, elle donne lieu à de nombreuses variations architecturale à partir d’un plan traditionnel. La façade principale est orientée au sud. Un hall central avec escalier distribue les pièces de vie et de cuisine. En étage, les chambres disposent de fenêtres au sud et d’un âtre. Les cheminées sont situées en pignons et la toiture, en tuileaux ou en ardoise, comporte le plus souvent 4 pentes. Par opposition, la maison de fermier, à simple rez-de-chaussée, ne comprend que trois pièces. Elle est construite en bois et couverte de chaume comme les bâtiments d’usage agricole.

JPG - 43.2 ko

Les maisons de maître sont riches en détail de construction, symboles du savoir faire d’artisans maçons, menuisiers, charpentier, couvreurs... Les matériaux varient selon le lieu de construction : silex et torchis sur la pointe de Caux ou grès dans le Caux-littoral.

Charreterie

La charreterie servait à l’entreposage et à l’entretien des outils agraires et de transport. Elles se sont transformées en garages, remises pour remorques de tracteurs ou abris à bois. La charreterie est construite suivant le principe d’un bâtiment charpente qui repose sur des soubassements latéraux maçonnés en pierre blanche et silex ou brique et silex. Les pignons sont ouverts ainsi qu’un long pan. La façade ouest est protégée de la pluie par un essentage en bois. Le comble, au-dessus, sert de remise à fourrage.

Pigeonnier

Le pigeonnier (ou colombier), le plus souvent circulaire, est construit sur une base de pierre blanche. Sa maçonnerie polychrome peut être très élaborée. Ces constructions sont emblématiques du patrimoine architectural du Pays de Caux.

JPG - 36.7 ko

Le mur cylindrique percé à l’intérieur de "boulins" pour la nidification est couvert d’un toit conique. Il est ceinturé par une corniche extérieure qui interdit l’accès aux rongeurs.

Etable

Construction fonctionnelle, tramée, équipée de soupiraux, elle est surmontée par le grenier à fourrage. De nombreux détails constructifs sont communs aux autres bâtiments du clos-masure : linteaux droits ou cintrés, échelles d’accès aux combles, portes à doubles battants...

Grange

Traditionnellement, elle est construite en colombage et couverte par une toiture en chaume à forte pente. La charpente repose sur des poteaux en appui sur les murets de refend. La porte d’accès est à hauteur de la charrette pour faciliter le déchargement. Au centre, se trouve l’aire de battage et, de part et d’autre, séparés par un mur bas, les stockages.

JPG - 58.7 ko

D’autres bâtiments, de plus petite dimensions, sont caractéristiques de l’activité des clos-masures : manège, pressoir, poulailler, four à pain... Les petits ouvrages techniques contribuent également à l’équilibre esthétique et fonctionnel des cours : les portails, les murets et clôtures, les puits et citernes...

Lire nos conseils pour la rénovation et la transformation ou l’extension d’un bâtiment.

Prenez conseil

Dans le cadre de votre projet, n’hésitez pas à prendre rendez-vous avec un conseiller du C.A.U.E.

Voir la liste des points de rencontre

Nos publications

Vous pouvez consulter notre album sur les Bâtiments dans le clos-masure ici

Un livre sur les clos-masures et le paysage du Pays de Caux


Nous avons publié un livre de 250 pages : très illustré et documenté, il intéresse tous les publics.

Voir la présentation du livre ici

Consultez nos dossiers sur "le clos-masure en Pays de Caux et sur "le clos-masure : les talus plantés"