le 23-09-2017
http://www.caue76.org/spip.php?article79
Nos conseils pour restaurer les talus plantés
En Pays de Caux, les vieux arbres des talus sont souvent centenaires. Des élagages inadaptés, des blessures causées aux racines, des problèmes sanitaires ou les sécheresses estivales sont autant de facteurs qui accélèrent leur vieillissement. Ils sont pourtant la composante essentielle du patrimoine arboré des plateaux. Aussi, la question de leur restauration se pose-t-elle, aujourd’hui, de façon cruciale. Pourtant, le renouvellement d’un alignement ne doit pas être un prétexte à un abattage non justifié. La replantation ne doit intervenir que lorsque l’alignement est trop dégradé.

Comment assurer le renouvellement des vieux talus plantés ?

Plusieurs solutions techniques sont envisageables selon les contraintes de terrain (maîtrise foncière, urgence de l’abattage…), l’enveloppe financière disponible... Pour les particuliers, le coût des travaux se révèle être le critère déterminant le choix de la solution à adopter. Lorsque sur un même clos, plusieurs talus sont à restaurer, ils peuvent être renouvelés par étapes, côté par côté.

Solution 1 : Planter entre les arbres existants : une solution non satisfaisante

JPG - 88.9 ko

Un talus est un milieu très sec constitué d’un substrat pauvre en matière organique. L’ombrage des arbres existants est un inconvénient supplémentaire. Ces conditions sont défavorables à l’installation de jeunes plants. Il est donc délicat de restaurer un alignement déstructuré en conservant les derniers arbres présents. L’opportunité de cette solution dépend de l’état du talus ancien et, notamment, de la densité des arbres restants.

Solution 2 : Replanter en conservant les souches : oui avec des précautions

JPG - 68.2 ko

Lorsqu’un alignement a été entièrement abattu et que le talus a été conservé, une préparation est nécessaire pour améliorer les caractéristiques du sol : décompactage de la terre entre les souches, apport de terre végétale sur au moins 50 cm d’épaisseur et mise en forme. Cette solution est satisfaisante si les souches sont vieilles et déjà très dégradées. Mais la décomposition des souches peut entraîner l’apparition de pourritures sur les racines des jeunes arbres.

Solution 3 : Reconstituer à l’identique : l’idéal

JPG - 45.7 ko

La restauration complète du talus existant avant la plantation de jeunes arbres crée des conditions idéales pour leur développement. Elle nécessite un dessouchage, un apport de terre végétale et une mise en forme du talus. Le remaniement du talus existant est plus important que dans la solution précédente. Tous ces travaux sont réalisés mécaniquement.

Le dessouchage

JPG - 45.6 ko

Le dessouchage est fortement conseillé si les souches sont nombreuses et encore saines. Pour éviter un surcoût lié à l’évacuation et à la mise en décharge des souches, celles-ci peuvent être enfouies dans une tranchée creusée à l’avant du talus (au moins en recul de 2 m) ou dans un autre endroit (là où le tassement du sol, lié à leur décomposition, ne sera pas gênant). L’ouverture de la tranchée fournit un volume de terre réutilisable pour le talus.

Solution 4 : Anticiper les abattages

Si aucune urgence (menace de chute ou de rupture mécanique, problème phytosanitaire…) ne justifie un abattage immédiat des arbres, il est préférable d’anticiper la reconstitution du talus planté, dès à présent. L’abattage d’un alignement engendre un bouleversement de l’environnement immédiat tant au niveau visuel, paysager que climatique. Des solutions existent pour préserver plus longtemps les vieux arbres et limiter les conséquences de leur abattage futur.

Cas n°1 : Pas de contrainte parcellaire : restructuration foncière possible

JPG - 36 ko

Un nouveau talus planté est créé sur une parcelle attenante, en retrait du talus existant. Il doit être positionné en recul d’au moins 10 m ou, au minimum, à l’aplomb du houppier des arbres de l’ancien talus. Lorsque les jeunes plantations ont atteint un développement suffisant (4-5 m de hauteur donc environ 5 ans après la plantation), l’ancien talus est supprimé.

Cas n°2 : Contrainte parcellaire : reconstitution en lieu et place de l’ancien talus

JPG - 43.9 ko

Si le talus existant doit être reconstruit à l’identique, il est possible d’anticiper l’abattage des vieux arbres, en plantant un alignement d’arbres à plat, à l’avant du talus (en recul d’au moins 10 m ou, au minimum, à l’aplomb du houppier des arbres de l’ancien talus). Les essences sont choisies en fonction de l’exposition du talus (essence d’ombre ou de lumière) et de leur vitesse de croissance. Cette structure arborée, une fois bien développée, limitera les conséquences de l’abattage du vieil alignement. Un nouveau talus est, ensuite, reconstruit en lieu et place de l’ancien talus.

Des aides existent...

Renseignez-vous auprès du Département : voir ici

Alignements protégés…

Bien que la majorité des fossés cauchois ne soient, aujourd’hui, pas protégés, certains d’entre eux bénéficient d’une protection juridique. Cette dernière peut être établie au titre de la loi de 1930 sur les Sites ou de la loi de 1913 sur les Monuments Historiques. Elle peut aussi résulter d’un classement en Espace Boisé Classé dans le document d’urbanisme de la commune (Plan Local d’Urbanisme). Dans ces cas, tout abattage est soumis à une autorisation. Une demande préalable doit être faite, respectivement, auprès de la DIREN ou de la mairie. Renseignez-vous auprès d’eux et n’engagez aucuns travaux avant de vous être assurés que vos arbres ne sont pas protégés.

Prenez conseil

Dans le cadre de votre projet, n’hésitez pas à prendre rendez-vous avec un conseiller du C.A.U.E.

Nos publications

Vous pouvez consulter notre coffret d’albums sur les clos-masures ici

Un livre sur les clos-masures et le paysage du Pays de Caux


Nous avons publié un livre de 250 pages : très illustré et documenté, il intéresse tous les publics.

Voir la présentation du livre ici

Consultez nos dossiers sur "le clos-masure en Pays de Caux et sur "le clos-masure : l’architecture"