le 23-07-2017
http://www.caue76.org/spip.php?article80
Nos conseils pour construire les talus

Dimensions

Les fossés cauchois n’ont pas de dimensions fixes. Ils sont relativement hauts, le plus souvent, suffisamment pour cacher l’intérieur des parcelles qu’ils délimitent. Une pente de 60° est souvent retenue pour les projets de construction. Cette inclinaison limite l’emprise au sol du talus tout en donnant aux pentes une bonne stabilité. La largeur au sommet dépend du nombre d’alignements d’arbres à planter. A titre d’exemple, pour un alignement unique, 0,80 m suffisent, pour un alignement double en quinconce, il faut au minimum 1,20m de largeur.

Schéma de dimensionnement conseillé aujourd’hui : Hauteur : de 1,00 m minimum à 2,00 m Largeur au sommet : de 0,80 m minimum à 1,50 m Pente de 60°

Les travaux

La construction d’un talus nécessite le déplacement de gros volumes de terre et des travaux de terrassement, réalisés mécaniquement, d’où le coût important. Le recours à un professionnel est recommandé. Expérimenté, il travaillera rapidement et confectionnera un talus parfaitement profilé. Il est préférable d’utiliser une pelle à chenilles qui défonce moins le terrain qu’une pelle à pneus.

La période la plus propice pour entreprendre les travaux s’étend du mois d’avril au mois d’octobre.

La préparation de l’emprise

JPG - 55.4 ko

La première étape consiste à décaper la terre végétale à l’emplacement même du talus. La terre récupérée est mise en réserve ; elle constituera la couche supérieure du talus. Un décompactage du sol est, ensuite, réalisé.

L’apport de terre végétale

JPG - 50.3 ko

Récupérée sur la parcelle ou provenant de l’extérieur, il faudra veiller à sa qualité : pas d’argile à silex ni trop de cailloux. Une partie de la terre de surface peut être décapée le long du talus sur une certaine largeur. Une pente régulière, orientée vers le pied du talus, est créée afin d’orienter les eaux de ruissellement.

JPG - 79.1 ko

Les fossés améliorent le rôle hydraulique du talus et leur creusement fournit un volume appréciable de terre. De même, une partie de la terre, nécessaire pour la restauration d’un ancien talus, peut être prélevée dans les fossés comblés.

Mise en forme du talus

JPG - 33.7 ko

La pelle mécanique dispose la terre en un cordon épais tout en la tassant par pression du godet. Elle superpose autant de couches que nécessaire pour atteindre la hauteur souhaitée. Le tassement, qui ne doit pas être excessif, garantit la cohésion du matériau et donc la stabilité du talus. La pelleteuse profile les pentes selon l’inclinaison souhaitée. Enfin, elle nivelle le sommet du talus.

JPG - 46.7 ko

Pour garantir la stabilité des pentes et limiter l’érosion liée au ruissellement de la pluie, il est conseillé de les ensemencer d’un mélange de graminées et de trèfle blanc (environ 50 g/m²). L’enracinement des plantes retient la terre et améliore l’infiltration de l’eau.

A lire aussi : nos conseils pour planter des haies : voir ici

Autrefois, comment les talus étaient-ils construits ?

A l’évidence, les techniques de construction des fossés cauchois ont varié selon les époques et les secteurs. Quoi qu’il en soit, ce travail, réalisé à la main et avec les outils de l’époque, nécessitait une main d’œuvre très importante. Dans son ouvrage sur les clos-masures, Michel Lerond a recueilli les propos d’un Ancien de Bolleville racontant la technique utilisée là-bas au début du XXème siècle : le travail « consistait à creuser d’abords un fossé. Les mottes de terre extraites du fossé étaient empilées comme des briques pour constituer le noyau du talus puis tasssées et recouvertes de terre arable. La première année, avant la plantation d’arbres, le talus était garni d’iris (…), les ouvriers l’ayant construit pouvaient y cultiver quelques légumes » (M. Lerond, Cours-masures en Pays de Caux, 1978). Ce n’est sans doute pas la seule technique… Les talus étaient soigneusement entretenus. En hiver, les ouvriers agricoles avaient pour tâche de les « recharger ». Ils remontaient la terre descendue dans le creux sur les pentes du talus.

Un coffret de 5 Albums


Un guide généraliste présente le paysage et l’architecture du Pays de Caux, son évolution et ses conséquences. Un autre guide détaille « Le clos-masure, ses rôles environnementaux ».
Enfin, quatre guides techniques « Les vergers », « Les bâtiments », « Les talus plantés » et « Les mares » donnent nos conseils pour les restaurer et les entretenir.
Consulter les Guides

Objectif clos-masures, un concours photos


Des regards différents sur un paysage particulier.
Voir les images

Un livre sur les clos-masures et le paysage du Pays de Caux


Nous avons publié un livre de 250 pages : très illustré et documenté, il intéresse tous les publics.

Voir la présentation du livre ici

Consultez nos dossiers sur "le clos-masure en Pays de Caux et sur "le clos-masure : l’architecture"